News

Corinne Masiero, la rue et la prostitution : “Le théâtre a été ma lumière”

Le 9 janvier 2019, Corinne Masiero sera à l’affiche des Invisibles. Dans ce film de Louis-Julien Petit, elle incarne la directrice d’un d’accueil pour femmes SDF qui doit fermer. Son équipe a trois semaines pour réinsérer coûte que coûte les femmes dont elle s’occupe. Le parti pris du film est d’avoir réuni autour d’acteurs professionnels des femmes qui connaissent la rue à l’instar de Marianne, que l’on surnomme Lady Di.

Click Here: stade toulousain rugby jersey

Ce mercredi 2 janvier, Corinne Masiero pose notamment en couverture de Télérama. La star de Capitaine Marleau, la série ultra populaire de France 3, raconte son arrivée tardive dans le métier comme une deuxième vie après des années de galère. Masiero est montée sur scène pour la première fois par hasard à l’âge de 28 ans. “Le théâtre a été ma lumière“, résume-t-elle. Avant, elle a connu le pire : la drogue, la rue, la violence sexuelle. “Je croyais naïvement que c’était ça, la vraie liberté : être toxico. Et que le seul moyen de se révolter était de se détruire, raconte la comédienne. A 13 ans, j’ai mis les rangers. Je savais que je n’étais pas belle. Avec mon allure de garçon manqué, mon mètre quatre-vingts, on m’appelait même ‘monsieur’. Je me sentais appartenir à une sorte de troisième sexe. Alors autant être carrément laide, comme ça les mecs ne me feraient plus chier. Je ne me ferais plus violer. Ça a commencé à 8 ans. Ça a fini à 18… J’étais droguée à 15. (…) J’étais tellement défoncée. Je devais dealer ou me prostituer à la sauvette, dans le métro, dans les voitures, pour m’acheter de l’héroïne ; avec à chaque fois la peur des flics ou des maquereaux.

Je n’ai vu ce bout de lumière qu’à 28 ans

Le théâtre lui permet de porter un autre regard sur elle. Un jour qu’elle aidait à porter “le matos” pour des copains qui faisaient du théâtre à l’hippodrome de Douai, la metteuse en scène lui propose de participer un échauffement avec les comédiens : “Je ne voyais pas ce que ça voulait dire (…) il fallait juste traverser la scène en diagonale et en imaginant un petit incident. J’y vais, en faisant semblant de remettre un lacet. ‘Très bien’ me dit la metteuse en scène. Très bien ? J’avais le droit de faire des trucs à moi et on me disait très bien ? Mais ça ne m’était jamais arrivé ! Je n’ai vu ce bout de lumière qu’à 28 ans… Alors je me suis dit, je reste là. Je veux faire ça.

En 2011, elle décroche le premier rôle du film Louise Wimmer de Cyril Mennegun. C’est l’histoire d’une femme qui sombre dans la pauvreté et vit dans sa voiture. Corinne Masiero éblouit et décroche une nomination au César de la meilleure actrice. Depuis 2015, elle est Capitaine Marleau devant la caméra de Josée Dayan, laquelle tourne vite et bien. Surtout, Dayan sait réunir une distribution quatre étoiles autour de son héroïne. Isabelle Adjani sera au générique du prochain épisode que diffusera la chaîne.

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans Télérama, en kiosques ce 2 janvier. La comédienne et Marianne, ainsi que l’équipe des Invisibles, sont également dans le nouveau numéro de Causette.

Leave a Reply

Your email address will not be published.